Comment dater une horloge comtoise ?

Histoire, Horloge pratique, Le temps -

Comment dater une horloge comtoise ?


HISTOIRE DE L'HORLOGE COMTOISE

Comme son nom l’indique elle est originaire de Franche-Comté, cependant ne soyez pas surpris, inscrit dans l’émail du cadran vous trouverez, le nom d’une ville ou d’un village auvergnat, berrichon ou de toutes autres provinces de France. Il s’agit tout simplement du lieu où cette pendule a été vendue. Il existe donc des milliers de noms de communes Françaises inscrites sur nos horloges. L’horloger local pouvait en commander plusieurs à un fournisseur, il avait alors droit à son nom gravé dans l’émail, c’était une façon pour lui de se faire connaître, et de la garantir.

À l'origine ces grandes horloges sont fabriquées de la fin du XVIIe siècle au début du XXe près de la frontière suisse. Elles sont parfois appelées horloges de Morez ou horloges de Morbier, d'après les noms de lieux de la région.

Elles ont représenté le premier pas vers la popularisation de l'horlogerie en France et au XIXe siècle.

Outre le Morbier, le Jura comptait plusieurs centres horlogers dont les centres les plus connus étaient la ville de Langres et la ville voisine de Neuilly l’archevêque. 

  • Morez
  • Foncine le Bas
  • Chapelle aux Bois
  • Belle Fontaine

 


SON MÉCANISME EN BREF

Mécanisme horloge comtoise

L'horloge est constituée de deux mécanismes placés de part et d'autre d'une cage en fer.

À gauche : C'est le mouvement de temps qui fait tourner les aiguilles à l’aide de son ancre d'échappement et de son balancier régulateur.

À droite : La sonnerie à cloche. La force motrice est assurée par des poids et son autonomie atteint jusqu’à 8 jours.

 


LA COMTOISE À TRAVERS LES ÂGES

Histoire de l'horloge comtoise

1700 - 1730

Le mouvement de l'horloge est de petite dimension, elle ne comporte qu'une seule aiguille et son cadran et fronton sont en laiton ou étain découpé. Le système de balancier est assuré par un Bobineau en plomb. Le réglage se fait à l'aide d'un écrou. À cette époque, pas de boîtier, les comtoises étaient accrochées au mur ou posées sur une console.

1730 - 1830

Les horloges comtoises comportent alors deux aiguilles, les frontons sont fondus en laiton et les cadrans émaillés apparaissent à partir de 1765. Fabriqué dans plusieurs régions dans le style de l'époque l'horloge est contenue dans un boîtier de grande taille. Le système de balancier ne changera qu'à partir de 1750 environ avec l'utilisation des lentilles en laiton, les boîtiers droits que l'on appelle "gaine" ou "cabinet" laissent alors une ouverture permettant de voir la lentille.

1830 - 1850

Apparition des couronnes estampées, le plus souvent du nom de la ville où elle est fabriquée. Il y a un accroissement de la production. Les lentilles en laiton ont un diamètre plus important et les boîtes adoptent un style qui se rapproche de la forme du violon.

1850 - 1930

À cette époque-là naissent de nombreux modèles estampés. Les formes ovales n'apparaissent qu'à partir de 1860. En effet, le Jura confectionne des caisses en sapin, à peine galbées, puis, plus tardivement, ventrues.

Dès le début du XIXe siècle en 1850, les balanciers à lyre sont estampés eux aussi .

La région du Jura aura ainsi pendant près d'un siècle produit plusieurs millions d'horloges dont la popularité à travers le monde n'est plus à prouver.

Après le traité de Francfort en 1871, les horloges allemandes ont été autorisées à entrer en France sans taxe, ce qui a affaibli le commerce en Franche-Comté. Malgré la diversification de la production. Le déclin de ces horloges traditionnelles a été achevé suite à la Première Guerre mondiale, après quoi l'industrie de la région de Morez-Morbier-Foncine a été réorganisée pour des productions plus modernes.

À la fin du XXe siècle, seuls quelques artisans français continuent à fabriquer des horloges comtoises (Seramm, Odo, Gaignon). Des reproductions ont également été réalisées en Allemagne et en Hongrie.

 

Horloge murale bateau
  


UNE DATATION EXACTE DIFFICILE ?

Un premier élément rendant la datation difficile est qu'elles étaient produites par différentes familles dans différents villages dispersés dans la région de Franche-Comté. Un village entier pouvait être impliqué dans la fabrication d’une horloge. Une famille s'occupait de faire les cadrans, une autre les aiguilles ou les boîtiers, chacune étant spécialisée dans la fabrication d’une partie de l’horloge. L’assemblage final était confié aux meilleurs horlogers.

Un autre problème se rajoute, celui de la restauration des horloges comtoises. En effet, il n'était pas rare que des améliorations et perfectionnements soient faits sur les horloges existantes. La détermination de la date de fabrication d’une horloge Morbier ou Morez ayant 240 ans d'histoire n'est donc pas aisée. Souvent les propriétaires remplaçaient eux-mêmes les éléments décoratifs, comme le cadran et les aiguilles. 


COMMENT S'Y PRENDRE ?

Un bon point de départ pour dater une horloge comtoise est de commencer par les choses qui ne changent généralement pas.


La suspension pendulaire

Il s’agit d’une masse de forme triangulaire, elle est attachée à l’aide d’un fil de fer. Si elle est située à l’arrière, et qu’elle est d’environ douze centimètres, vous pouvez en être sur ou presque votre horloge date d'avant 1760.

Si elle mesure environ 5 centimètres et se trouve toujours à l’arrière, elle a été réalisée entre 1740 et 1800.

La tour de suspension s’est déplacée à l’avant vers 1795. Elle mesurait entre 5 et 7,6 centimètres et utilisait encore de la ficelle pour attacher le cintre à balancier. Elles ont été utilisées de 1795 à 1825 environ.

Vers 1815, ce système a disparu et a été remplacé par un ressort de suspension monté au ras de la partie supérieure du boîtier. Cette configuration s’est poursuivie jusqu’à la fin de sa production.

Petite et grande Détente

Les détentes sont intéressantes et faciles à identifier. Il s'agit de leviers de blocages des roues crantées. Cela vous indiquera assez précisément si votre comtoise date d'avant 1800 ou après.

Avant 1800 : la grande détente était activée par un ressort monté sur le montant arrière droit du cadre de l’horloge.

Après 1800 : le ressort est remplacé par un ou deux contrepoids montés directement sur l’arbre. Ces contrepoids sont facilement reconnaissables. Le ou les contrepoids sont généralement très décorés.

 

Motif de la coiffe

  • Le motif de la coiffe moulée pouvait indiquer l’ère politique du moment, ce qui facilitait la datation. Par exemple, le coq avec la tête tournée vers l’arrière était populaire sous le règne de Louis XIV et XV.
  • Les mains jointes en signe de solidarité avec le roi étaient également populaires.
  • La révolution (1795-1799) a vu l’utilisation du coq à l’envers, mais aussi celle du bonnet phrygien.
  • L'aigle ornait la coiffe pendant le règne de Napoléon Ier.

Datation des cadrans

Cadran horloge comtoise génération 1

Cadran horloge comtoise génération 2

Cadran horloge comtoise génération 3

Cadran horloge comtoise génération 4

Cadran lunette horloge comtoise

Scènes sur le cadran ou la lentille

Vers 1860, on trouve des ornements sertis de pierres précieuses, mais aussi des scènes de la vie courante peintes. Ces scènes représentaient des événements heureux de la population tels que les récoltes, les mariages, la danse ou la chasse.

 

EN CONCLUSION

En combinant chacun des éléments énoncés précédemment il est donc possible de déduire plus ou moins précisément la date de fabrication de votre horloge comtoise. J'espère que votre activité de détective se déroulera sans accroche ! 

Sources : http://horlogerie-comtoise.fr/


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés