Saviez-vous que la décoration intérieure impacte votre santé ?

Saviez-vous que la décoration intérieure impacte votre santé ?


Et bien c'est effectivement le cas, cependant la combinaison bien-être et décoration reste complexe. Voici quelques précisions qui vous aideront à y voir plus clair et qui concernent le design, les couleurs ou encore les matières et leur influence.

Qu'est-ce qui fait que nous nous sentons chez nous dans un espace ?

Au premier abord, une réponse basique peut venir à l'esprit. On peut se dire que l'on a choisi le lieu. Ou que ce lieu que l'on loue ou que l'on a acheté nous appartient et qu'il est donc normal que l'on s'y sente chez nous. Mais cette réponse un peu terre à terre ne suffit pas. Car même si l'on est locataire ou propriétaire on a parfois du mal à se sentir chez soi. Mais alors pourquoi?

Prenons en compte le fait que si l’on acquiert un endroit pour avoir un abri, on ne le choisit pas pour autant par hasard. Nous souhaitons aussi qu’il soit beau, confortable et qu’il nous permette de garder un lien avec notre entourage et le monde extérieur.

Nos réactions lors de la conception d’une maison ou de sa décoration sont parfois conscientes, mais pas toujours. On peut avoir des opinions tranchées sur nos goûts, des préférences que l'on saura argumenter et expliquer. Mais certains de nos choix se font intérieurement guidés par notre instinct de sécurité et de découverte.

Théorisation du lien entre esthétique et comportement

La question du lien entre l’esthétique et son influence sur notre comportement intrigue les professionnels.

Neuroesthétique : expérience du géant Google 

En 2019, Google est intervenu pour la deuxième fois au salon annuel du meuble de Milan, un événement qui attire des designers et des fabricants du monde entier. Cette intervention montre l’intérêt de Google pour le design. Pour l’occasion le géant du web a mis en place une expérience en neuroesthétique inédite en collaboration avec le laboratoire Arts & Mind Lab de l'université Johns Hopkins. La Neuroesthétique est une science qui étudie l’effet de la beauté sur notre cerveau.

En partenariat avec l’architecte Suchi Reddy, trois salles différentes ont été conçues et aménagées avec des meubles de l’entreprise scandinave Muuto. Chaque salle avait ses spécificités avec des meubles, des couleurs, des sons et des éclairages différents.
Les visiteurs étaient invités à s’équiper de capteurs destinés à mesurer leurs données biométriques. Ainsi lors de leurs passages dans chaque salle leur fréquence cardiaque, la température de leur corps, leur conductivité cutanée et leurs mouvements étaient enregistrés.

Google design Studio & Reddymade architecture
Exemple de salle Google Design & Reddymade architecture

Cette étude avait pour objectif d’explorer l’impact de ce que l’on pourrait appeler « des entrées sensorielles ». C'est-à-dire l'impact sur notre état d'esprit de ce que nous voyons, entendons, sentons et touchons. 

C’est Ivy Ross, la vice-présidente de la conception des produits chez Google, qui a dirigé ce projet. Il a déclaré qu'approximativement la moitié des participants ont été surpris par la pièce dans laquelle ils se sentaient le plus serein, car elle ne correspondait pas à celle qui les attirait le plus visuellement. "Nous avons trop optimisé nos environnements pour notre esprit cognitif ces dernières années, et nous devons enflammer nos sens et sensibiliser davantage à ce qui nous fait du bien plutôt qu'à ce que nous pensons".

Une conclusion simple à cette étude pourrait être que ce que nous percevons comme étant bien pour nous n'est pas forcément ce qui nous place en situation de bien être et nous fait nous sentir bien chez nous.
Nous avons tendance à trop laisser parler notre intellect et à moins écouter notre ressenti. Grâce à cette démarche cognitive, nous avons le sentiment de contrôler notre environnement et de contrôler ainsi notre vie et notre foyer.

Attachement à un lieu : livre de Yi-Fu Tuan

Dans son livre « Espace et lieu: la perspective de l'expérience » publiée en 1977, l’auteur Yi-Fu Tuan, géographe de métier, étudie de quelle manière nous ressentons et considérons les espaces et comment se forme notre attachement à certains lieux comme la maison et a certains objets : une vieille horloge, un grenier, un vieux tabouret, la cheminée…

Centre hospitalier et santé : exemple Maggie's

Dans la recherche du bien-être à travers l’appropriation des espaces, on peut également citer les centres Maggie’s fondés par les paysagistes Maggie Keswick-Jencks et Charles Jencks en association avec les hôpitaux dans le cadre de la lutte contre le cancer. Les bâtiments de ces centres hospitaliers d’un nouveau genre et leurs intérieurs sont pensés pour que les malades puissent se sentir bien et presque chez eux.
Laura Lee directrice générale de Maggies explique qu’ils sont partis du constat que des séjours en centres hospitaliers peuvent exacerber le sentiment de fatigue et de déprime ressentie par les patients.

Exemple d'architectures de centres hospitaliers Maggie's
Maggie's Cardiff par Dow Jones Architects © & Maggie's Centre in Leeds par Heatherwick Studio

Et ils ont essayé de concevoir des espaces qui permettent aux gens de se retrouver et de reprendre confiance et de se sentir mieux pour affronter la maladie. Ce principe s’avère être transposable dans nos foyers.
Ces centres intègrent:

  • des formes douces,
  • des espaces de détentes,
  • un lieu décoré avec goût avec du mobilier en bois, des œuvres d’artistes,
  • des ouvertures pensées pour laisser entrer un maximum de lumière, dont la lumière zénithale.
  • une organisation des espaces fluides qui combinent les petits lieux intimes et de grandes pièces conviviales pour s’ouvrir au monde extérieur. 

Ainsi les idées de construction de ces centres ne sont pas seulement basées sur du paraître, ils apparaissent comme un trait d’union entre un besoin de se retrouvez, de se reconnecter a notre ressentie et de s'ouvrir au monde qui nous entoure.

Lily Bernheimer, auteure du livre « The shaping of us » met aussi en avant cette idée dans le contexte de la maison individuelle : "L'espace que vous créez doit soutenir les gens et l'objectif, la culture, voire le climat de cet espace".
Chaque personne a besoin d’espaces où il peut faire les choses qui sont importantes à ses yeux, qu’il s’agisse de disposer d’un espace ouvert où les enfants peuvent également jouer ou d’un lieu de détente pour se reposer ou lire un livre.

Reconnexion à l'environnement : livre de Lily Bernheimer

On peut effectivement citer la psychologue Lily Bernheimer qui dirige un cabinet de conseil en design et a écrit, en 2017, un livre intitulé The Shaping of Us : How Everyday Spaces Structure Our Lives, Behaviour, and Well-Being.

Livre "The shaping of us" de Lily Bernheimer
Conférence de Lily Bernheimer à New York pour son livre "Shaping of us"

En s'appuyant sur ses connaissances en psychologie environnementale, design et architecture, Lily Bernheimer dans son livre "The Shaping of Us" montre comment les mondes bâtis et naturels influencent subtilement notre comportement, notre santé et notre personnalité.

Ainsi elle nous interpelle et nous questionne :

Pourquoi avons-nous besoin d'orner nos cadres de portes de moulures, que disent certaines pièces sur notre personnalité?

Le livre tente de démontrer que pour qu'un environnement bâti favorise au mieux notre bien-être ou nous fasse vibrer, il doit faire écho à nos habitats naturels.Ainsi le véritable secret pour le bien-être serait de reconnecter les humains avec le pouvoir de façonner son environnement en l'intégrant a ses constructions. 

Invention de la Biophilie : Biologiste E.O Wilson

Définition de la bibliophilie

Le terme biophilie a été inventé dans les années 80 par le biologiste E.O Wilson pour désigner la façon dont les humains cherchent à établir un lien avec la nature. Car des études montrent que les éléments du monde naturel ou même des rappels de celui-ci ont un impacte positif sur la santé mentale et même physique. Ce concept est d'ailleurs bien connu des décorateurs d'intérieur qui intègrent des principes de design biophile dans leurs propositions ce qui se traduit par l'intégration :

  • des notions d'éclairage naturel
  • de circulation de l'air, de l'ajout de matériaux organiques et de plantes.

Il y a des aspects de la biophilie qui peuvent nous sembler évidents comme le bienfait des plantes d'intérieur ou de la lumière naturelle du jour.
D'autres aspects moins évidents de la biophilie peuvent également nous permettre de nous sentir plus proches de la nature. C'est par exemple le cas de l'utilisation de matériaux organiques comme les planchers et les meubles ou objets de décoration en bois, plutôt qu'en plastique ou en stratifié. Le bois est un matériau qui contribue à créer le sentiment d'ancrage dans son environnement.
Le mouvement et l'évolution constante de la nature peuvent aussi être recréés dans une maison et nous aider à nous sentir bien.

Pour cela, l'éclairage intérieur doit imiter les modèles de diffusion de la lumière du jour, qui se déplace au grès des déplacements du soleil dans le ciel tout au long de la journée.  La course du soleil a un impact important sur nos rythmes circadiens* et la façon dont nous nous sentons.
En ce sens, certains utilisent des combinaisons astucieuses d'éclairage, comprenant des suspensions, des appliques décoratives, des variateurs de lumière, des lampes de table et de travail ainsi que des bougies pour modifier l'éclairage en fonction de l'humeur et du moment de la journée. 

Ainsi les parties plus sombres seront plus adaptées pour une ambiance de repos et d'apaisement alors que la lumière vive viendra nous stimuler.

Si comme nous l'avons vu, la lumière nous aide à nous sentir vivants, actifs ou apaisés, les couleurs ont aussi un rôle à jouer.

Traité des couleurs : Wolfgang von Goethe

Les couleurs interviennent largement dans notre perception du monde, tant sur le plan physiologique que culturel. C'est le poète, artiste et homme politique allemand Johann Wolfgang von Goethe (1749 - 1832) qui le premier s'est penché sur la théorisation des couleurs.

En 1810, il publie "Le traité des couleurs", qui traite de la nature, la fonction et l'impact des couleurs sur notre psychologue. Très controversé, cet ouvrage est tout de même perçu très positivement par grand nombre de philosophes et physiciens imminents.

Dans son traité Goethe réfute une idée majeure de Newton sur le spectre des couleurs, il suggère que l'obscurité est un ingrédient actif plutôt que la simple absence passive de lumière. La couleur étant elle-même un degré d'obscurité.

Goethe a également créé une roue des couleurs qui attribuait différents concepts aux couleurs du spectre :

  • Rouge ↔ Beau
  • Orange  Noble
  • Jaune  Bon
  • Verte  Utile
  • Bleu  Commun 
  • Violet  Inutile

Il existe aujourd'hui de nombreuses croyances pas toujours corroborées par de vraies études. De manière générale on dira que les couleurs à grande longueur d'onde, comme les rouges, les oranges et les jaunes sont stimulantes, alors que les couleurs à courte longueur d'onde telles que les verts, les bleus et les violets sont apaisantes.

Les décorateurs utilisent souvent les couleurs pour influer sur l’ambiance qu'ils souhaitent obtenir dans une pièce. Ainsi le rouge est utilisé par petites touches pour ajouter du peps ou stimuler. Mais toujours à petite dose sous peine d'être trop agressif. La couleur bleue aurait elle tendance à faciliter la concentration et serait donc idéale dans un bureau ou une pièce ou l'on réalise des tâches cognitives. Ainsi le choix des couleurs dans les pièces de la maison a un impact sur notre humeur.

Alors même s’il n'y a pas de vérité toute faite et que l'impact d'un intérieur sur le bien-être reste subjectif, il est intéressant de prendre en considération les principes fondamentaux de la décoration et sa capacité à influer sur notre humeur. Et donnons plus d'importance à ce que nous ressentons qu'à ce que nous avons l'impression d'aimer.

* Rythme circadien: regroupe les processus biologiques cycliques d'une durée d'environ 24 heures.

D'autres article sur le thème de la décoration : 

 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés